• *** NL : La femme bafouée ***

    Bonjour à toutes et tous !

    Nous voici déjà presque à la mi-juin... Il est donc temps de vous présenter un des romans que j'ai lus.
    Celui que je vous présente aujourd'hui a été lu il y a un bon moment déjà ; et je dois vous avouer que je ne m'en souviens plus trop...

    Néanmoins je vous le propose quand même !

    *** NL : La femme bafouée ***

    L'auteur
    Penny Jordan, de son vrai nom Penelope "Penny" Halsall née Jones, est née le 24 novembre 1946 à Preston, Lancashire. Sa carrière a commencé à l'âge de 8 ans, quand elle a commencé à raconter des histoires à sa sœur cadette le soir au coucher. Ses livres préférés étaient ceux de Jane Austen, Catherine Cookson, Charles Dickens, et William Shakespeare. Elle a épousé Steve Halsall, comptable, avec qui elle n'aura pas d'enfants. Celui-ci mourrut bien avant sa femme, d'un cancer. C'est lui qui a lui a acheté une petite machine à écrire, sur laquelle elle a tapé ses premiers romans. Elle publie son premier roman en mars 1979, sous le pseudonyme de Caroline Courtney. En vertu de ce nom de plume, elle publiera 25 romans de régence jusqu'en 1986. De 1981 à 1983, elle a signé 3 romans en tant que Melinda Wright et 2 thrillers en tant que Lydia Hitchcock. En 1981, Mills & Boon publie son premier roman, Prey de Falcon, signé comme Penny Jordan. Depuis lors, près de 70 millions d'exemplaires de ses 167 Mills & Boon (ou Harlequin) ont été vendus dans le monde. Dès 2003, elle est retournée à l'écriture de romans historiques comme Annie Groves. Elle a gagné beaucoup de son inspiration dans les histoires d'intérêt humain, dans les nouvelles, ainsi que sa propre histoire familiale. Elle est morte le 31 décembre 2011, à l'âge de 65 ans, elle aussi d'un cancer.

    L'histoire {extrait du roman}
    "Un sourire aux lèvres, Pepper Minesse contempla un instant le bracelet qu'elle ne quittait jamais, puis elle le retira. A l'aide de la petite clé en or fixée au fermoir, elle ouvrit l'un des tiroirs de son bureau, où étaient rangés ses dossiers les plus confidentiels. Quatre au total.
    "Elle ferma les yeux, en proie à un violent sentiment d'exaltation. Rien désormais ne pourrait l'empêcher de mettre son plan à exécution : elle tenait l'instrument de sa vengeance.
    "Vengeance...
    "Un mot qui l'obsédait depuis dix ans.
    "La vengeance appartient à Dieu", lisait-on dans les textes sacrés. Et Pepper savait pourquoi : la vengeance est une drogue dure. Une fois qu'on y a goûté, on ne peut plus s'en passer. Assoiffé de vengeance, un être humain est prêt à tout.
    "Quatre hommes l'avaient privée du bien le plus précieux. A leur tour, ces quatre hommes allaient perdre ce à quoi ils tenaient le plus. Justice allait être rendue. Ils seraient brisés à jamais..."

    Mon avis
    Pour tout vous dire, je ne me souviens plus trop de ce roman. Je n'ai malheureusement trouvé aucun avis sur Internet.
    Mais dans mon répertoire de livres lus, j'ai inscrit "TB". J'en déduis donc qu'il m'a plu.
    Voici ce qu'il y a d'écrit au dos du livre : "Dans ce roman construit comme un puzzle, Penny Jordan éclaire les zones les plus obscures de l'âme humaine, et jette une lumière crue sur les implacables rouages de la vengeance. On y retrouve l'univers si particulier de l'auteur - mélange de pureté et d'impudeur, d'obsessions et de passions intimes, qui marquent le destin des personnages avec l'intensité d'une tragédie."


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :